DALÍ, L’ÉNIGME SANS FIN

Du 5 mars 2020 au 3 janvier 2021 aux Carrières de Lumières Les Baux de Provence https://www.culturespaces.com/en/node/1537

En 2020, les Carrières de Lumières s’illuminent des oeuvres célèbres et singulières de Salvador Dalí. La nouvelle exposition immersive « Dalí, l’énigme sans fin » revient sur plus de 60 années créatrices du maître catalan qui a parcouru et inventé plusieurs styles artistiques.

À travers un parcours thématique, le visiteur se promène dans des paysages surréalistes et métaphysiques et se retrouve au coeur des oeuvres surprenantes de l’artiste à l’imagination débordante.

Exposées à travers le monde (Fondation Gala-Salvador Dalí à Figueres, Dalí Museum en Floride, Musée Reina Sofía à Madrid, MoMA à New-York…) ces œuvres, aux multiples niveaux de lecture, illumineront les Baux-de-Provence.

Déployées et animées sur le sol et les murs jusqu’à 16 mètres de haut, elles laissent apparaître les détails des coups de pinceau, des traits et des jeux de matières.

Peintures, dessins, photographies, sculptures, gravures, films et images d’archives rappellent la personnalité unique du peintre à la moustache célèbre mais également ses obsessions pour l’étrange et le surnaturel ainsi que sa fascination pour sa femme Gala, sa véritable muse.

Des chefs-d’oeuvre emblématiques, des Montres molles au Visage de Mae West en passant par Léda Atomique et La tentation de Saint Antoine, révèlent le talent de Dalí, créateur de nouveaux langages et de toiles uniques, inspirées des grands maîtres de la peinture tels que Vélasquez, Raphaël, Vermeer ou Millet.

La nouvelle création de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi revient sur les différentes facettes de l’artiste : de ses recherches initiales impressionnistes et cubistes à ses oeuvres mystiques aux thématiques religieuses en passant par sa période surréaliste et ses rapports à la scène, à la photographie et au cinéma.

Plus de 30 ans après sa mort, Dalí et sa « méthode paranoïaque-critique » ne cesse de résonner aujourd’hui : le visiteur découvre, sous un angle nouveau, les effets optiques et évocations oniriques du peintre qu’il met au profit de la création artistique. « Dalí, l’énigme sans fin », pendant une quarantaine de minutes, révèle les miroirs de la pensée du peintre dans une atmosphère presque hypnotique.

L’ensemble de l’exposition numérique est rythmé par les musiques de Pink Floyd. Expérimentant sans cesse et rejetant tout mécanisme rationnel, ces deux icônes de la peinture et de la musique partagent un imaginaire visuel délirant où visions obsessionnelles et virtuosité technique se mêlent.

Les couleurs profondes, les forme étirées et volumineuses des toiles de Dalí se dessinent sur les murs au son de titres issus d’albums mythiques tels que The Dark Side of the Moon et The Wall pour immerger le visiteur dans un univers planant, paisible ou troublant https://www.youtube.com/watch?v=DLOth-BuCNY

Cette rétrospective, associée à la musique du groupe légendaire des années 1960, propose un voyage hors du temps qui réveille l’inconscient où l’oeuvre de Dalí reste un mystère et une énigme sans fin.

LES ALPILLES raisonnablement accessibles aux promeneurs

TOUS, résidents dans un rayon de 100km, pouvons aller, à partir du 11 mai 2020, nous promener dans le massif des Alpilles territoire reconquis pendant les 2 mois d’absence des humains, par la faune et la flore jouissant d’une tranquillité particulière, le retour des marcheurs ne doit pas être brutal, ainsi, en plus du règlement habituellement en vigueur s’ajoutent les directives nationales en lien avec le Covid-19; la pratique individuelle y est privilégiée, les groupes de plus de 10 personnes y sont prohibés et la distanciation entre les personnes doit y être respectée; d’autres mesures listées par le réseau du Parc Naturel font appel à la responsabilité civique de chacun, veillant à rester sur les sentiers balisés de manière à protéger les espaces naturels en limitant le piétinement de la flore et le dérangement de la faune en pleine période de reproduction

Saint Rémy de Provence, ma ville natale

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Saint-Rémy-vu-de-la-petite-Crau.jpg.

L’enfance à Saint Rémy de Provence

Fils d’un paysan Louis et d’une bourgeoise Mireille, je suis né aux Tuileries, comme mes 2 frères. Ma mère exigeait sage-femme et médecin de famille pour l’aider à nous mettre au monde, pour elle la maternité c’est la maison et notre maison étaient aux Tuileries sur la route d’Avignon à 2 kilomètres du coeur de la ville historique.

Mon père était maraicher et acteur de théâtre, ma mère, nous a élevé à la maison des Tuileries puis une fois installé au mas des Cailloux elle a aidé mon père dans les champs. Dès que le plus petit de nous 3 est parti de la maison familiale, elle a créé son magasin de maroquinerie et de bijoux fantaisie dans la rue Carnot, laissant mon père aux champs jusqu’à sa retraite bien méritée.

Saint Rémy de Provence, à l’époque de mon enfance était une ville de maraîchers cultivant la terre en jardins fertiles de 2 à 6 hectares, salades, choux, tomates, melons, haricots,… au fil de saisons sur la place du marché, les expéditeurs négociaient les prix, conditionnaient puis transportaient jusqu’aux halles de Paris, Lyon, Clermont-Ferrand…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est marché-des-maraichers-à-Saint-Rémy-de-Provence.png.
La place du marché des maraichers de Saint Rémy de Provence
aujourd’hui place de l’Office de Tourisme

Certains paysans continuaient à cultiver la graine de semence réputée dans le monde entier au 19ème siècle, des champs fleuris persistaient au milieu des alignements de courgettes, haricots coco rouge et blanc, tomates surmontés en cabane de cannes.

En ville, le 25 avril pour la saint Marc c’est la foire, le long du boulevard il y avait des parcs à ovins et à caprins qui côtoyaient les machines à laver, les réfrigérateurs de Péromet, les voitures Renault de Cabassut et Citroën de Sabatier, en juin en revenant de l’école le parfum de marjolaine prédominait, surtout en descendant vers la gare, sur la route qui mène à Maillane, les minoteries turbinaient, les sacs se remplissaient de graines pour être transportés dans le monde entier, l’été je nageai à la piscine municipale du stade Jan Léger avant de descendre au mas cueillir les tomates, un autre jour en revenant du Bon Lait, l’épicerie de Angèle, souvent je croisais un acteur, une actrice de la Comédie Française, une tête connue du cinéma, un chanteur de variété…

Saint Rémy de Provence de ma plus tendre enfance, c’est à Glanum, où mon père m’emmenait certains dimanches, en passant par le chemin du Val Saint Clerg, nous descendions dans le site par le théâtre de verdure qui avait été aménagé pour le Centenaire de Mireille; j’ai le souvenir de toiles tendues servant, derrière la scène, de cloisonnements pour les loges et les coulisses, mon père y était acteur avec la troupe de Jean Deschamps de la Comédie Française, c’était chaque mois de juillet pendant 5 ans le lieu était le théâtre d’été du « Festival de Lyrique Provençale », des milliers de spectateurs s’installaient sur les gradins de bois construits sur l’herbe naturelle.

Louis FÉRAUD, mon père

Fils, petit fils de paysan, Louis, Loulou pour les intimes, écolier studieux devait gagner son repas dès que l’instituteur n’officiait plus…

Marius, son père, mon grand-père, obligeait l’ainé de la famille aux travaux des champs, ainsi était la tradition paysanne depuis plusieurs générations… Alors que, tant bien même, l’instituteur est venu parler à Marius des possibilités de Louis à étudier après son certificat d’études obtenu avec 2 ans d’avance, mon grand père d’autorité mis au labeur son fils ainé de 12 ans, se contre-foutant de l’intérêt des études possibles de mon père…

Alors Loulou bien que s’affairant quotidiennement sous le joug paternel autoritaire, se mit à dévorer les livres dans lesquels il puisa les connaissances impossibles à acquérir au collège interdit…

L’échappatoire fut le théâtre du patronage…

Ainsi, Louis FÉRAUD devint acteur le soir, paysan la journée…

Empreint de culture provençale, fan de Frédéric Mistral, il s’investit dans le théâtre parlé en « lango nostro », jusqu’à ce jour où Jean Deschamps arrivé de la Comédie Française vient aux Tuileries pour proposer à mon père d’être un récitant de l’oeuvre de Mistral « Miréio » avec d’autres venus du théâtre parisien Maria Mauban, Paul Crochet, Simone Rieutor, Robert Bousquet, Blavette… ainsi qu’une débutante fraichement sortie du Conservatoire de Toulon Mireille DARC…

Mon père Louis FÉRAUD sur la scène de Glanum 

La nuit de Saint Rémy par Léon BANCAL du journal « Le Provençal » 1959 : Il se trouve des hommes, les uns avec des regrets feints, les autres avec une secrète joie, pour aller répéter à tous Les échos : « le provençal est moribond ! ceux qui le parlent encore (ils sont bien rares) ne se comprennent pas entre-eux !… Mistral ?… il ne se lit ou ne s’écoute pas sans dictionnaire » J’aurais aimé que ces oiseaux de mauvais augure eussent passé dimanche la première partie de la nuit à Saint Rémy, où Jean Deschamps et son excellente troupe nous restituaient dans toute sa fraicheur et toute sa jeunesse l’authentique, la vraie Mireille. Ils nous épargneraient désormais leurs croassements.

L’épreuve était décisive. Elle a été gagnée. Sans appel. Il fallait voir sur ces gradins plus de deux mille spectateurs retenant leur haleine, écouter dans un silence religieux les vers qui s’envolaient par cette belle nuit. Un auditoire qui se tait, c’est un auditoire qui comprend. De temps en temps ce silence se brisait. Des applaudissements éclataient en rafales. A travers les acteurs, ils allaient vers le poète. Parfois des rires fusaient, du moins dans la première partie, à la naissance de l’idylle entre Mireille et Vincent. Les « gens des mas » saluaient au passage les savoureuses expressions familières, qui sont encore les leurs. On s’apercevait, alors, bien mieux qu’à la lecture, que Mistral avait vraiment écrit pour eux. Qui osera continuer après cela à affirmer que le poète a « fabriqué » sa langue ?

Ah, ce fut une belle nuit ! Le décor merveilleux des Alpilles, la sobriété de la mise en scène, la juste discrétion de la musique, le talent et la flamme des comédiens, une admirable Mireille, et ce chant poétique qui par degrés s’élevait de l’allegro rustique à l’andante sacré, tout concourait à un enchantement, qui pour le plus grand nombre était une révélation. Elles étaient bien loin, les autres Mireille, celles qui parlent et celle qui chante en français !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mireio-1959-.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est programme-MIREIO-dédicacé.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Programme-MIREIO-dédicacé-2.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PROGRAMME-MIREIO-DEDICACE.jpg.